Call Me Loretta
Crosswind (CD)

Format: CD
Label: Dead Bees
Ref: DB02
Date: 2004
total time: 44:52

Stock épuisé momentanément
Out of stock for the moment
 
 
 
01. Evaluation Copy
 
02. Lazy Antibodies
03. Have you ever heard Lilian Gish ?   
04. High as a holed kite
 
05. Things I hate n°4
 
06. I’m trying hard to listen…
 
07. Liar Liar Liar, Tongue’s on fire
 
08. White noise lover
 
09. Conversation with myself
 
10. Coralled Horses
 

(FR)

"Parfois ça fait plaisir de ne pas se tromper. Repérer un groupe sur une compilation (ADA vol4) et tomber sur un album aussi bon, voire meilleur, qu’il était espéré ! Call me Loretta est un groupe toulousain qui joue du noisy rock. Du Sonic Youth un peu plus pop, plus de textes et quelques samples qui traînent par-ci par-là … Un groupe qui s’était fait remarquer avec son premier EP autoproduit, ‘‘Scars’’, en 2001. Et déjà son univers graphique, un univers tout à fait en ressemblance avec ce qu’ils transmettent. Monde en niveau de gris, plus noir que blanc. Une analyse des relations sociales souvent froide mais tellement vraie parfois. Une vie liée à l’alcool, l’amour et l’esthétique. Une beauté qui s’efface et se détériore avec le temps. Pleins de lucidité, les textes sont à écouter, lire, tomber. Peut-être les plus intéressants entendus ces derniers mois … ‘‘Do you prefer people to see you crying or naked ? ’’, ‘‘I’ve got these lazy antibodies and pervasive headaches’’, ‘‘I’m much more attractive when I’m drunk’’ ou encore ‘‘Forget your clichés about girls, I liked to talk with you / About things I had never said to anyone.’’.
Le disque est perpétuellement à la limite de la rupture, toujours tendu à fond. À guitares tirées exprimant ce mal-être, ces mots/maux. Mais souvent très nerveuse, prête à s’emballer pour un rien (sublimes ‘Liar, liar, liar, tongue’s on fire’ et ‘White noise lover’) la machine Call me Loretta est avant tout humaine. Peut être trop, difficile à dire. Des gens qui vivent beaucoup dans le passé mais résolus à ne pas commettre les erreurs d’autrefois. À vivre avant tout. Avec les Lucid Ann, une nouvelle preuve que le noisy rock français est sur le front."
(Par Jean-Marc /www.liabilitywebzine.com)

Chroniques
 

(EN)

"Anyone out there who was disappointed with Blonde Redhead's recent transformation from almighty lords of spindly art rock into (comparatively) safe indie mongers could do worse than to look at French quartet Call Me Loretta for some feedback drenched comfort.
The band mine a similar field of delicate, bruised guitar interplay to BR's 'Melody of Certain Damaged Lemons', revolving around the beautiful synergy of vocalists, demonstrated best on the emotionally taught album closer 'Coralled Horses', while the band's taste for dynamic guitar explorations reaches its pinnacle in the sample strewn 'Conversation With Myself'.
It's not an easy listening experience at time, and the downbeat, introspective tone and complicated arrangements might put some people off, but beautiful whispering vocals and the chiming beauty of the intertwined guitars on 'Liar, Liar, Liar, Tongue's on Fire' will strike a chord in all those who have found a place in their hearts for Sonic Youth or Mogwai."
(www.joyzine.co.uk)

Reviews
 

artist website